Vous êtes ici : CHCSCFRManifestations scientifiquesSéminaires

[Éthiques et Mythes de la création] Créer encore : comment anticiper des mondes ?

Séminaire de recherche sous la responsabilité de Sylvie Dallet (professeure des universités, fondatrice du programme “Éthiques de la création”). Le séminaire EMC explore en navigation libre des sujets d’actualité qui mobilisent les espaces conjoints de l‘éthique et de la créativité. Ce séminaire est labellisé par le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Paris Saclay) et l’Institut Charles Cros, dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire international “Éthiques de la création”.

le 27 novembre 2021

Samedi 27 novembre 2021, de 10h à 13h
En visioconférence via Zoom
Créer encore : comment anticiper des mondes ?

Comment imaginer les mondes à venir et participer de leur construction collective ? C’est autour de ces questions d’actualité que s’est organisé en octobre 2021 à la Cité des Sciences de la Villette, le premier épisode de la saga événementielle “Des mondes anticipés” dont la conception mobilise différentes expressions contemporaines (récits de science fiction, BD, vidéo, tables-rondes, films…).

Pour initier cette manifestation nationale, en fidéliser les participants et créer des synergies nouvelles sur d’autres villes, les invités choisis par les prospectivistes fondateurs du projet,  Christian Gatard & Olivier Parent ont braqué les projecteurs sur le thème “Il faut sauver le vaisseau Terre”. Cette séance du séminaire “Éthiques & mythes de la création” revient sur cette expérience collective… en exploration rétrospective.

Avec les invités : Manuela de Barros, Christian Gatard, Olivier Parent
 
  • Sylvie Dallet :  La covid, une chance pour la création prospective
Introduction : L’expérience de la pandémie a permis une expérimentation in vivo de nos avenirs et, plus encore, un renouvellement de la pensée liée à la vie de notre planète. Le lancement de ce Festival, nouveau Star Trek itinérant des territoires, correspond-il au nécessaire fleurissement de l’avenir ? Dans le mot avenir, est caché le mot de vie…

CV succinct : Sylvie Dallet, historienne et philosophe, professeure des universités en Arts (Université Gustave Eiffel),  directrice de recherches au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Paris Saclay) a fondé l’Institut Charles Cros  (http://www.institut-charles-cros.eu) en 2001 et le Festival des Arts Foreztiers en 2010.
 
  • Christian GATARD :  Anticiper des mondes, panser nos futurs ?
Résumé : Conçu avec Olivier Parent, le Festival des Mondes Anticipés est le premier festival nomade de prospective et d'anticipation en France. L'idée de cette conjugaison plurielle, qui navigue entre les mythes et les expérimentations sociales et scientifiques doit nous permettre de penser nos futurs d'une façon collaborative, convoquant différents regards, différentes expertises, embarquant (avec prudence) la sagesse des foules sans se faire peur, ni être naïf. Ce Festival va aborder différents thèmes sur des narrations croisées, dans un dialogue constant avec les publics de rencontre.

CV succinct : Directeur d'études prospectives et qualitatives et consultant international. Entrepreneur culturel, il est spécialiste en sociologie du futur, mythologies contemporaines et en dynamique de la créativité. Il est l'auteur de Nos 20 Prochaines Années, Le futur décrypté  (2009) et de Mythologies du futur (2014) aux éditions de L'Archipel, Rupture, dis rupture  (2014) et Chroniques de l'intimité connectée aux éditions Kawa (2016, ouvrage collectif), de l'Horrificque Disputatio aux Éditions du Comptoir Prospectiviste (2021). Directeur de la collection Géographie du Futur chez L'Archipel et co-éditeur de FuturHebdo, Christian Gatard est également fondateur et animateur de l'Institut d'études qualitatives internationales et recherches prospectives Christian Gatard & Co. Son approche de la prospective se situe au carrefour du sociologique, de l'économique et du légendaire.
 
  • Olivier PARENT , Anticiper des mondes, penser nos futurs ?
Résumé : Le Festival se donne pour mission de développer chez ses visiteurs une culture de l'anticipation au service de la construction d'avenirs désirés et souhaitables pour les générations à venir. Issu pour ma part d’une perspective technologique liée à la science-fiction, le Festival, lancé à la Cité des Sciences de la Villette à Paris va rencontrer durant l’année 2022 d’autres publics en province, dans une expérimentation spatiale saisonnière qui débute sur le thème « Il faut sauver le vaisseau Terre ? » Notre vaisseau collectif se déplacera ensuite sur Marseille, la Région Rhône Alpes et sur l’ensemble des territoires qui souhaitent dialoguer  (et inventer) avec nous sur ces thèmes.

CV succinct : Directeur d'études prospectives issu d'une double culture artistique et scientifique, Olivier Parent fonde, en 2006, FuturHebdo.com, le magazine de nos futurs immédiats. Les articles publiés sur ce site (plus de 400) racontent le monde tel qu'il pourrait être d'ici quelques décennies. En 2015, il crée le Comptoir Prospectiviste, bureau d'études en Prospective stratégique, Sociologie du futur et des nouveaux usages, Création de contenus dédiés en prospective. Olivier est auditeur de l'IHEST et  membre de divers think tanks (CNES, Dassault Systèmes). Il participe à diverses publications : Chroniques de l'intimité connectée, l'Horrificque Disputatio, Huffington Post, The Conversation, INfluencia... Conférencier, il donne aussi des cours de prospective (EISTI, ESCE, CNAM...).  Chacune de ces démarches concrétisent sa conviction que l'avenir reste en perpétuel devenir.
 
  • Manuela de BARROS : Quel rôle pour l’art dans le contexte des mutations actuelles ?
Résumé : Dans sa conférence de 1953 sur la Question de la technique, Heidegger rappelle que'essence de la technologie n'est rien de technologique : elle réside plutôt dans l'immatériel, les influences noétiques qui rendent le monde possible et malléable ». Rappelons qu’Heidegger considère que, loin de faire de l’humain le maître de la planète, la technique a été le dernier épisode de sa dépossession métaphysique et ontologique. Il ne faut pas confondre l’instrument technique, son essence et son champ d’effet. La nature passive de la technologie lui enlève toute neutralité : elle sera ce que son créateur, puis son utilisateur en fera. La position des artistes qui utilisent des technologies contemporaines, outils venus de sphères qui ne sont pas les leurs, est particulièrement délicate. Il leur revient de recomposer un avenir dont les contours sont finalement peut-être beaucoup plus flous qu’on ne le pense et de nous rappeler que nous en sommes partie prenante et active. Je mettrais en perspective quelques propositions artistiques qui se confrontent à des questions aussi cruciales que la crise alimentaire et la conscience animale, les biosciences et la transformation du vivant, la transition énergétique et l’écoresponsabilité, le changement climatique et la géo-ingénierie.

CV succinct : Philosophe et théoricienne des arts. Maîtresse de conférences à l'université Paris 8, essayiste, conférencière (dont lors des Mondes Anticipés). Ses travaux portent sur les rapports entre les arts, les sciences et les technologies ; les modifications biologiques, anthropologiques et environnementales liées aux technosciences, notamment celles envisagées par les artistes ; les passages entre les sciences et la construction fictionnelle (en art ou en littérature).  Elle est l'autrice, notamment, de Magie et technologie (2015, Éditions UV).
Informations complémentaires
Séance en visioconférence Zoom de 10 heures à 13 heures.
Pour recevoir le lien, inscription par mail : sylvie.dallet@uvsq.fr