Vous êtes ici : CHCSCFRManifestations scientifiquesSoutenances

[Soutenance de thèse] Remy de Gourmont entre « petites revues » et grande presse, 1890-1915

Soutenance de thèse de Vincent GOGIBU

le 3 décembre 2021

Vendredi 3 décembre 2021 à 14h00
UVSQ, 5 Bd d'Alembert, 78280 Guyancourt
Salle des thèses
Remy de Gourmont entre « petites revues » et grande presse, 1890-1915

Résumé : Remy de Gourmont (1858-1915) contribue abondamment à l’activité éditoriale et médiatique de son temps, à la fois comme animateur et comme directeur de périodiques. Sa tentative d’inventaire des revues (Les Petites revues, 1900) est un acte délibérément historiographique qui entend faire le point sur la création de revues à la toute fin du XIXe siècle : il se pose ainsi tel le critique d’un « effort littéraire » auquel il contribue grandement. Dans cette optique, il convient de réfléchir sur le lien qui unit Gourmont au Mercure de France, dont il est un des fondateurs et le pilier central, puis, d’un point de vue plus large, sur Gourmont homme de revues (comme directeur et contributeur) avec une attention toute particulière portée à L’Ermitage, à La Revue des idées et à La Nrf, dont l’existence ne serait due qu’à l’impossibilité pour Gide de faire sa place au Mercure où Gourmont est bien trop « existant ». La question de la réception de Gourmont en revues – sans viser l’exhaustivité – pointe trois axes précis depuis Les Petites revues à la réception de l’œuvre de Gourmont par Francis de Miomandre et le rendez-vous manqué avec Paul Valéry. Remy de Gourmont, que Maeterlinck qualifie « d’encrier », est l’auteur d’une œuvre abondante et diverse qui paraît sur différents supports révélant un rapport particulier à l’écrit, au papier, au livre, à la revue et au journal. Cette pratique littéraire de l’écriture en périodique est l’expression d’une volonté de, sinon briser, du moins créer des formes littéraires : écriture du jour, réemploi, et circulation des modèles. Car enfin, pour Gourmont, si écrire dans la presse quotidienne ne relève pas d’une fin en soi, elle demeure une nécessité pour tout écrivain contraint d’écrire pour vivre, et de vivre pour écrire. Pour illustrer cela, trois titres de journaux sont mis en avant : La Nación, La France et La Dépêche de Toulouse. Enfin, dans une volonté d’apporter quelque éclaircissement sur une forme de postérité de Gourmont, un certain nombre d’éléments factuels sont ajoutés.

Abstract : Remy de Gourmont (1858-1915) contributes extensively to media activity from 1890 to 1915, both as periodicals’ animator and director. In his essay Les Petites revues (1900) he attempts an inventory of periodicals: his is a deliberately historiographical act at the very end of the nineteenth century. Gourmont appears thus as the reviewer of a « literary effort » to which he greatly contributes. In this view, it is worthwhile to study the links of Gourmont with the Mercure de France, of which he is one of the founders and central pillar and, from a wider point of view, Gourmont’s activity in French periodicals as director and contributor in L’Ermitage, La Revue des idées and La Nrf, whose existence would only be due to the impossibility for André Gide to chart his own path at the Mercure de France where Gourmont is far too « present ». Regarding Gourmont’s reception in periodicals, without aiming to exhaustiveness, we study Les Petites revues as an historical and incomplete document, then the reception of Gourmont’s work by Francis de Miomandre and his missed « appointment » with Paul Valéry. Considered as an « inkwell » by Maeterlinck, Gourmont is the author of abundant and diverse works printed in various media, revealing a particular relationship to writing, paper, books, reviews and newspapers. His literary practice of writing in periodicals seems to be the expression of a desire, if not to abolish, at least to create new literary forms: day-to-day writing, reuse, and circulation of models. Lastly, for Gourmont, writing in the daily press is not an end in itself, it remains a necessity for any writer forced to write in order to live, and to live in order to write. To illustrate this, three newspapers are highlighted: La Nación, La France and La Dépêche de Toulouse. Finally, in a desire to shed some light on a form of Gourmont's posterity, a number of factual elements are added.

Membres du jury :
Evanghelia Stead (directrice de thèse)
Serge Linarès (rapporteur)
Alain Vaillant (rapporteur)
Jean-Yves Mollier
Jean-Louis Meunier
Informations complémentaires
La soutenance est publique et en présentiel.
Le public étant limité à 30 personnes, toute personne souhaitant y assister est invitée à écrire à l'adresse suivante : laura.faucher@uvsq.fr