Accès direct au contenu

Dans :

Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Imprimer la page
impression pdf

CHCSC > Relations internationales

HISTECOLOGIA, Réseau de recherche en histoire de l'écologie contemporaine

Pilotage

Christian Delporte, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin
Laurent Gervereau, Musée du Vivant, Centre international de recherches sur l’écologie, AgroParisTech

Propos général

Le CHCSC et le Musée du Vivant d'AgroParisTech ont ouvert à l’automne 2009 un séminaire consacré à l’histoire de l’écologie.

S’il s’inscrit dans une réflexion historique générale sur les rapports entre les êtres vivants et leur environnement, et n’entend écarter aucune question qui lui est liée, il privilégie la période contemporaine, les dimensions politique culturelle, sociale et économique de l’écologie, sa place dans l’espace public, son rôle dans la transformation des sociétés, son poids dans les représentations collectives. Il s’agit donc de proposer une approche historique globale de l’écologie qui, loin de se cantonner à l’histoire des sciences, fait appel aux différentes catégories de l’épistémologie historique.

Ce séminaire est conçu comme une première étape dans la constitution d’un réseau international de chercheurs sur l’histoire de l’écologie piloté par le CHCSC de l’UVSQ et le Musée du Vivant. Il a pour but de fédérer une communauté de chercheurs qui s’appliquera à répertorier les sources historiques disponibles, à réunir les outils indispensables à la recherche (bibliographiques, notamment), à coordonner l’information autour des initiatives et études individuelles et collectives sur l’histoire de l’écologie dans le monde, mais aussi à susciter des travaux et des événements scientifiques à caractère international autour de cette thématique centrale, et à encourager la politique patrimoniale en matière d’écologie (d’où l’indispensable liaison entre institutions universitaires et institutions patrimoniales), fournissant, sur ce plan, des éléments d’expertise comparée.

L’une des grandes originalités du réseau sera de se faire rencontrer des universitaires (chercheurs confirmés et jeunes chercheurs), des archivistes et des professionnels du patrimoine pour considérer ensemble les voies de recherche fondées sur une documentation disponible et sur celle qu’il est possible de rassembler (auprès des acteurs privés, individuels ou collectifs, notamment). Le réseau associera chercheurs individuels et institutions. Si l’histoire constitue le cadre général de réflexion, HISTECOLOGIA ne sera pas refermé sur des frontières disciplinaires. Bien au contraire, son but est de s’ouvrir à toutes les recherches (dans le domaine des humanités, des sciences humaines et sociales, mais aussi des sciences exactes) contribuant à la construction d’une histoire contemporaine de l’écologie à dimension internationale.

La formule du réseau est la meilleure pour développer une thématique historique curieusement moins fouillée pour le XXe siècle que pour la période antérieure, pour la désenclaver de la seule histoire des sciences (ouverture sur l’histoire politique et culturelle), et pour favoriser une approche comparée, totalement à bâtir. Le réseau, par ailleurs, permettra, d’abord de sortir de leur isolement des chercheurs français ou étrangers, ensuite de rattacher de jeunes chercheurs à un travail d’équipe à caractère international.

Il n’existe, aujourd’hui en France, aucun laboratoire consacré à l’histoire de l’écologie contemporaine, ni même un laboratoire d’histoire inscrivant ce champ parmi ses priorités (y compris dans les structures de recherche fondées sur l’histoire des sciences). C’est ce qui, en partie au moins, explique la maigre historiographie française au regard de l’historiographie américaine (ou même indienne, sur certains aspects). Le présent réseau aura aussi pour but de stimuler la recherche historique française, en rendant plus visibles les problématiques et les sources nécessaires aux études d’ampleur.

Le réseau sera conjointement piloté par le CHCSC et le Musée du Vivant (AgroParisTech).

Premiers axes structurants

Dans la phase de sa constitution, le réseau HISTECOLOGIA souhaite développer une réflexion qui, fondée sur les sources, les objets, les représentations de l’écologie contemporaine, dans une dimension à la fois culturelle et politique, privilégiera 4 axes de travail :

1-Patrimoine contemporain de l’écologie ;

2-Cultures politiques des mouvements écologistes ;

3-Art, images et imaginaires écologistes ;

4-Faire comprendre les enjeux écologiques (médiation, vulgarisation, publicisation, médiatisation, controverses)

Projets 2010-2011

1-Ouverture en octobre 2010 du site Web http://histecologia.com/ plate-forme ouverte du réseau (français/anglais/espagnol), outil à destination des chercheurs, étudiants, grand public éclairé. On y trouvera des informations sur les manifestations internationales dans le domaine de l’histoire de l’écologie, des éléments bibliographiques, des indications sur les ressources patrimoniales à disposition des chercheurs, des modules vidéos, l’annuaire des chercheurs, etc.

2-Création d’une newsletter du réseau (information interne dans un premier temps ; possibilité, à terme, d’un e-revue en français/anglais). Diffusion semestrielle ;

3-Redéploiement du séminaire, lancé à l’automne 2009, sous forme de deux journées d’études internationales : 10 décembre 2010, 25 mars 2011. La première, centrée sur les sources et les outils, est provisoirement intitulée : « Patrimoine(s) pour une histoire de l’écologie contemporaine » ;

4-Participation du réseau à la première conférence de l’International Ecological Archives (Berlin, 26-27 mai 2011) ;

5-Préparation du premier congrès international du réseau HISTECOLOGIA, automne 2011.

Participants au réseau

La liste complète des premiers participants au réseau sera bientôt disponible. Ont déjà donné leur accord des chercheurs issus de plusieurs pays : Allemagne, Brésil, Canada, Egypte, France, Italie, Royaume-Uni, Mali, Nouvelle Zélande, Suisse.

Contact

Céline PESSIS, chargée de mission : celine.pessis@neuf.fr


Dernière mise à jour de cette page : 3 février 2012


http://www.uvsq.fr