Accès direct au contenu

Dans :

Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Imprimer la page
impression pdf

CHCSC > Actualités > Soutenances

The Southern Gentleman and the Idea of Masculinity : Figures et Aspects of the Southern Beau in the Literary Tradition of the American South

Par Madame Emmeline GROS Discipline : Langue et Litterature anglo-saxonne

soutenance THESE
Mon sujet de thèse s’intéresse à l’archétype du gentleman des années 1830 aux années 1940 et revisite quelques-uns des principaux stéréotypes de masculinité de la littérature du Sud des Etats-Unis : le cavalier-planteur ou gentleman qui cohabite avec le dandy, le self-made man, le parvenu. Mon analyse des textes qui annoncent et explorent le Nouveau Sud commence avant même que la guerre de sécession ne vienne révèler les faiblesses et les contradictions du système social et économique d’une région considérée jusqu' alors, par beaucoup, comme ‘indépendante’, voire exclusive. Elle se poursuit à travers le monde du Sud qui se métamorphose à la reconstruction et à travers la figure du Beau qui, de retour de la guerre, est témoin d’un ordre nouveau où la place d’un « gentilhomme » ne se définit plus par son nombre d'esclaves, ni par la taille de sa plantation ou de ses champs de cotons, encore moins par sa naissance qui lui confère un droit inné, presque divin, au « rang » d'aristocrate. Désormais, ce sont les marchands, les nouveaux riches qui se targuent du titre.
C’est cet ordre changeant, la fin d’une page d’histoire particulière et l’écriture de l’histoire d’une nation maintenant « unie » à laquelle je me suis intéressée. Si de nombreux critiques se sont penchés sur le personnage de la Belle dans la reconstruction du Sud, une Belle qui se rebelle et qui cherche à déconstruire et finalement détruire les stéréotypes traditionnels de féminité dans le Sud comme nous l’explique Nina Entzminger dans son œuvre The Belle Gone Bad, ma dissertation s’est penchée sur la question suivante : Et le beau ? Qu’est-il devenu dans cette période de changements socio-historiques ? S’est-il aliéné lui-aussi? S’est-il rebellé ? Est-il, comme de nombreux beaux, mort à la guerre ou a-t-il fini comme le mari de Blanche Dubois dans Un Tramway Nommé Désir, comme ce « Beau malgré lui », qui ne pouvait supporter le poids du fardeau à porter ? Si la masculinité, comme la définit Judith Butler, n’est que création, peut-elle alors, être déconstruite, fragmentée, ré imaginée ou ré inventée ? Si oui, quelles sont les alternatives masculines offertes à ces « beaux » par la reconstruction du Nouveau Sud ? Peut-on y voir un « beau gone bad » ?
Mots-clès : Guerre de Sécession, Masculinité, Construction d’identité, Rhétorique de la masculinité, Anxiétés masculines, Gentilité, Identité sudiste, Traumatisme et mémoires, La renaissance du Sud, Le Nouveau Sud, la Belle du Sud.

Abstract:
Before the end of the 18th century, Northern and Southern writers had established many stereotypes of American masculinity that still exercise a tenuous hold: the leisured and gracious Southern gentleman (as described by William Byrd), the womanizing, drinking gambling rapscallion (Byrd), the hunting and fishing-addicted Redneck; the money-loving Puritan-inflected Yankee, and the blackman. By the end of the 19th century, these regional stereotypes had hardened, leading Southerners to conclude that they were superior to their Northern counterpart. One thinks for instance of civil war assertion by white southern men that the war was a necessary “vindication of our manhood” as Robert Toombs told the Georgia Legislature in 1860, or that they could “whip the Yankees, 5 or 6 to one” as one former slave remembered (qtd. in Trent Watts, White Masculinity in the Recent South). Starting with the Civil War, the South witnessed the “democratization” of gentlemanliness in the 19th century, i.e. the transformation of a male stereotype from an essentially aristocratic, inherited privilege to a middle-class, materialistic desire. The political revolution as well as rampant industrialization saw the displacement of gentry masculinity by more calculative, rational and regulated masculinities. This realization suggested to me the instability of this ideology of masculinity as a fruitful area of analysis in the literature of the period. Academics have largely discussed the enormous socio-historical changes that affected women, ladies, belles, slaves, and poor whites in the New South. The Belle, for instance, “rebels” as Nina Entzminger describes her in her now famous The Belle Gone Bad and leaving her dresses, hats, dance halls (and her beaux), she strives to deconstruct the prescribed stereotypes of Southern gender. In such studies, however, only women seemed to have gender, with white men seeming “invisible,” i.e. almost taken for granted, sheltered from history and it seemed by history itself. But what about Southern gentlemen during these times of change? With this question in mind, I have therefore analyzed texts of literature (plays and romances) from the 1830s to the 1940s, that is texts announcing and exploring the New South to see how (and if) they renegotiated the situation of these Southern men, how they both repeated and deviated from the consensus discourse and the historical myths (of the mythical Old South, the Lost cause, the Cavalier, etc) that constrained them—the ultimate goal being to examine the complexities of a gendered masculine struggle, reveal the shifts in gender meanings that could arise from such identification, or, by contrast, how the discourse of refined manhood or Southern gentlemanhood could be (re)mobilized during identity-shattering moments to justify the domination of one model of masculinity in Southern literature.
 

Membres du jury :

Ineke BOCKTING, Professeur des Universités, à l’Université de Catholique de Paris – Rapporteur
Pearl MCHANEY, Professeur des Universités, à l’Université de Georgia State, Atlanta, Etats-Unis – Rapporteur
Jacques POTHIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
Thomas MCHANEY, Professeur des Universités, à l’Université de Georgia State, Atlanta, Etats-Unis – Examinateur

Dernière mise à jour de cette page : 19 avril 2013


Informations pratiques

vendredi 3 décembre 2010 à 14h
A l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Bâtiment Leclerc - Salle des thèses
5/7 boulevard d'Alembert
78280 Guyancourt
 

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

http://www.uvsq.fr