Accès direct au contenu

Dans :

Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Imprimer la page
impression pdf

CHCSC > Actualités > Soutenances

"Relecture de l’histoire de l’évolution de l’écrit à Madagascar : les Diary fahizay et la résistance des Menalamba" par Monsieur Dama Herizo Ravelomanana

Discipline : histoire et civilisations, mondes modernes et contemporains, laboratoire : CHCSC-Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines

Résumé :
Quand on évoque le terme « résistants », les Malgaches pensent avant tout aux résistants de 1947 « ny Mpitolona 1947 » et, seulement, dans une moindre mesure aux Menalamba. Premiers maquisards et premiers résistants à la colonisation ils sont, pourtant, toujours l’objet d’inspirations idéologiques et à l’origine des idées fondatrices de tous les mouvements politiques, nationalistes, à Madagascar et ailleurs. Le but de cette thèse est de revisiter l’histoire des Menalamba, en utilisant les sources primaires originales en langue malgache, relues par des méthodes différentes des procédés antérieurs. Les Malgaches ont, en effet, au XIX° siècle, consigné par écrit leur histoire personnelle et familiale dans les Diary fahizay, sources méconnues et insuffisamment exploitées sur le plan scientifique. Elles constituent le point de départ de ce travail. La civilisation malgache est décrite comme une civilisation essentiellement orale. La première partie de cette thèse étudie le passage de cette civilisation orale à celle de l’écrit. Les résultats scientifiques, historiques, archéologiques et même génétiques, les plus récents, ont complètement bouleversé l’historiographie. Jusqu’ici, elle s’est essentiellement focalisée sur l’antagonisme colonial et anticolonial. L’histoire de Madagascar est, ainsi, décrite comme une succession de dominations et de soumissions, de guerres et de conquêtes. Les nouvelles découvertes font réfléchir et imposent d’autres orientations : l’étude des échanges culturels et de la multi-culturalité sont incontournables. La seconde partie de cette thèse analyse les Diary fahizay, des journaux personnels. Comme son nom l’indique, il vient du mot anglais, diary Fahizay signifie du temps « des nôtres » ou « de nos ancêtres ». Leur étude permet de comprendre le parcours de leurs auteurs, mais également l’évolution du contexte historique, à Madagascar au XIXème siècle. Les Malgaches n’évoquent, jamais, le mot Diary sans se référer au passé ancestral « sacré », à sa famille, son ascendance et sa descendance. Si jusqu’à là, l’écrit a été utilisé dans le cercle restreint des érudits dans le but d’asseoir le pouvoir traditionnel, le sorabe, désormais il va conduire à une occidentalisation de chaque famille, le soratra. C’est l’écrit qui a été le vecteur de la mutation sociale. Si certains travaux se sont intéressés aux Diary fahizay des principaux dignitaires du XIXème siècle plus particulièrement ceux de Raombana, de Rainilaiarivony, de Rainandriamampandry et de Rakotovao, et ceux écrits par les résistants Menalamba restent insuffisamment exploités. Une étude descriptive des Diary de Rabezavana, de Rabozaka et des manuscrits concernant Rainibetsimisaraka, la trilogie Menalamba, a également été nécessaire. La troisième partie de cette thèse concerne l’apport scientifique des Diary fahizay dans la compréhension des conséquences économiques et sociales de la colonisation à Madagascar. C’est surtout dans le domaine économique que les Malgaches ont le plus abandonné leur héritage ancestral. L’or et les mines, l’élevage du Zébu, l’exploitation des rizières et les terres des anciens sont les exemples choisis dans ce travail, afin d’illustrer cet abandon. Il s’agit d’une étude comparative des modes d’exploitation ancestrale (gérée par les mythes - angano -, par les traditions – fomba -, et par les tabous ou interdits - fady) et de la conquête économique entreprise par le biais de la modernisation coloniale. Sur le plan social, l’étude des effets de la colonisation sur l’évolution du genre présente également un grand intérêt scientifique, car la société malgache passe avec le temps, d’une société matrilinéaire harmonieuse et pacifique, à une société coloniale patriarcale. Cette thèse vise à mettre en évidence l’histoire multiculturelle de la société malgache. Elle souligne l’importance des sources primaires en langue locale, parmi lesquelles les Diary fahizay, longtemps sous-estimées, tant du point de vue de leur traduction, que de leur interprétation. Il nous a donc semblé important de les relire avec les méthodes propres à l’historien. Cette thèse ouvre, ainsi, des perspectives de recherche nouvelles et inédites sur l’histoire de Madagascar.

Abstract :
When the term "resistance" is mentioned, Malagasy people think automatically about the resistance of 1947 "ny Mpitolona 1947" and only to a lesser extent about their predecessors the Menalamba. They were the first guerrillas and first rebels against colonization, the latter are still the object of ideological inspiration and original source of founding ideas and political movements, particulary the nationalists, in Madagascar and elsewhere. The aim of this thesis is to use primary sources in Malagasy language, reading them with new approaches and specific methods, to revisit Menalamba history. The Malagasy have, in fact, in the nineteenth century, recorded their personal and family history in the “Diary fahizay”. These primary sources are generally unknown scientifically and insufficiently exploited. They are the starting point of this work. Malagasy civilization is described essentially as an oral culture. The first part of this thesis examines the transition from the oral culture to a written one. Recently, historical, archaeological and even genetic research results have completely changed the historiography. So far, mainly, it has focused on the colonial and anti-colonial antagonism. The history of Madagascar was described as a succession of domination and submission, wars and conquests. Now, the new findings and discoveries suggest the importance of other directions : the study of cultural exchange and multiculturalism are essential . The second part of this thesis analyzes “Diary fahizay”. As these terms suggest, it comes from the English word diary. Fahizay means "our times" or "time of our ancestors." This study provides an understanding of the life of their authors, but at the same time the evolution, the historical context in Madagascar in the nineteenth century. Malagasy people seldom evoke the word Diary without reference to the ancestral, the "sacred past" of his family, in other words his ancestry, his ascendants and his descendants . In the past, writing was used only in the restricted royal circle, in order to sit traditional power (e.g., the Sorabe), now it will lead to a westernization of each family (the Soratra). Writing has became the vector for social change. While some studies have already examined the Diary fahizay of the principal dignitaries of the nineteenth century especially those Raombana, Rainilaiarivony, Rainandriamampandry and Rakotovao, those written by the resistants Menalamba remain underused. A descriptive study of “Diary of Rabezavana, Rabozaka and Rainibetsimisaraka” manuscripts concerning the Menalamba is also necessary.The third part of this thesis concerns the scientific contribution of the “Diary fahizay” in understanding the economic and social consequences of colonization in Madagascar. It is especially in the economic field that the Malagasy have abandoned their ancestral heritage. Gold and mining, farming Zebu, exploitation and rice lands are ancient examples chosen in this work to illustrate this abandonment. It is a comparative study of ancient operating modes (managed by the myths - Angano - by tradition - fomba - and taboos or forbidden - fady) and economic and business conquest through western and colonial modernization. In the social consequence of colonization, this thesis considers impacts on gender evolution. This study demonstrate that Malagasy society passes, from an harmonious and peaceful matrilineal society, to a patriarchal colonial society. It makes a significant scientific contribution to the understanding of the malagasy society.

Membres du jury :

Narivelo RAJAONARIMANANA, Professeur des Universités, à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales – Paris – Rapporteur
Catherine SERVAN-SCHREIBER, Attaché de Recherche, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris – Rapporteur
Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
Rafolo ANDRIANAIVOARIVONY, Professeur des Universités, à l’Université d’Antananarivo - Madagascar - Examinateur
Frédéric BARBIER, Directeur de Recherche, à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes – Examinateur
Diana COOPER-RICHET, Maître de Conférences Honoraire, HDR, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - Examinateur

Dernière mise à jour de cette page : 25 août 2014


Informations pratiques

lundi 22 septembre 2014 à 10h30
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Bâtiment d'Alembert
Salle des thèses
5/7 Boulevard d'Alembert
78280 Guyancourt
DREDVal Service FED theses@uvsq.fr
 

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

http://www.uvsq.fr