Accès direct au contenu

Dans :

Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Imprimer la page
impression pdf

CHCSC > Actualités > Séminaires

Séminaire Transatlantic Cultures

Séminaire de recherche de l'ANR Transatlantic Cultures

Logo TRACS CHCSC

Programme


Séminaire Transatlantic Cultures


Séance 1
Vendredi 14 décembre 2018

16h-19h Salle Peiresc

Présentation de la plateforme numérique Transatlantic Cultures
Cyrille Suire (UVSQ)

La plateforme numérique du projet Transatlantic Cultures est entrée dans une phase de développement active. Les travaux de conception de l'architecture et de design graphique sont désormais terminés et un premier prototype de démonstration est disponible. Articulée autour d'exemples concrets, cette séance du séminaire sera l'occasion de présenter les principales fonctionnalités disponibles et les développements à venir.
Nous présenterons dans un premier temps le site internet, son architecture et son design. Puis, nous expliquerons les procédures d'éditorialisation mises en place avant de nous attarder, plus précisément, sur les apports de la plateforme numérique en termes de recherche, d'écriture, de présentation et de diffusion des articles produits par les auteurs du projet.

Séance 2
Vendredi 25 janvier 2019
16h-19h Salle Peiresc
Circulations transatlantiques des modèles éducatifs européens

Modération Juliette Dumont (IHEAL)
Antoine Savoye (Paris 8)
et Béatrice Haenggeli-Jenni

L’essaimage de l’Education nouvelle européenne en Amérique : Entre coopération, transfert et rivalité (1921-1940)
Antoine Savoye (Université Paris 8) (avec la collaboration de Laurent Gutierrez)
L’exposé portera non sur la circulation transatlantique des systèmes d’enseignement officiels mais sur celle de l’idée d’une « éducation nouvelle » telle qu’elle est conçue et expérimentée, au sortir de la Première Guerre mondiale, simultanément en Europe et en Amérique. Cette circulation, repérable dès avant le conflit mondial, connaît une phase d’intensité croissante entre les deux guerres et touche tous les pays des deux côtés de l’Océan.
En raison de son ampleur, ce phénomène qui traverse des sociétés aux régimes politiques et sociaux très différents, est complexe à analyser. Nous choisirons, pour une première exploration, de partir du mouvement d’éducation nouvelle né en Europe occidentale, qui se structure en une Ligue internationale pour l’éducation nouvelle (1921) fondée par le Suisse Adolphe Ferrière et la Britannique Béatrice Ensor, bientôt organisée en sections nationales.
Nous examinerons sur vingt années (1920-1940) son essaimage en Amérique du Nord et du Sud et les modalités qu’il a adoptées (accord institutionnel, publications multilingues, enquête sur place, congrès internationaux). Nous soulignerons le sort particulier qu’a connu, au cours de cet essaimage, la méthode de Maria Montessori. Nous interrogerons, enfin, la rencontre entre l’Education nouvelle européenne et son équivalent étatsunien, la Progressive Education, patronnée par le philosophe John Dewey, notamment sur le terrain latino-américain.

Antoine Savoye est professeur émérite en sciences de l’éducation (Université de Paris 8) et directeur de publication des Etudes sociales. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de l’éducation (mouvements pédagogiques, réformes éducatives 19è-20è siècles) et l’histoire des sciences humaines et sociales (enquêtes, Frédéric Le Play et ses continuateurs 19è-20è siècles).

Laurent Gutierrez est professeur en Sciences de l’éducation à l’Université de Paris Nanterre. Directeur adjoint du Centre de recherches en éducation et en formation (CREF), ses travaux portent sur l’histoire des réformes de l’enseignement en France depuis la fin du XIXe jusqu’à nos jours.
Antoine Savoye et Laurent Gutierrez ont récemment publié le chapitre « Sauver les jeunes générations de la faillite éducative : le combat de Madeleine Guéritte » in X. Riondet, R. Hofstetter, H.-L. Go (dir.), Les acteurs de l’Education nouvelle au XXè siècle. Itinéraires et connexions, PUG, Grenoble, p. 29-43.

Adolphe Ferrière en Amérique latine : Un voyage aux visées multiples, entre diplomatie et propagande
Béatrice Haenggeli-Jenni (Université de Genève)
En 1930, Adolphe Ferrière, sociologue, pédagogue et publiciste genevois, entreprend un voyage de plus de 6 mois en Amérique latine. Accompagné de son épouse, il sillonne le continent à la recherche d’institutions éducatives expérimentant les nouvelles méthodes pédagogiques prônées en Europe par les militants de l’Education nouvelle. Accueilli par les personnalités les plus illustres, il donne près de 80 conférences auprès d’instituteurs, étudiants et professeurs auxquels il transmet les résultats de recherches en psychologie de l’enfant et témoigne des avancées dans l’expérimentation de méthodes pédagogiques innovantes.
A travers l’étude d’archives privées et institutionnelles, cette communication vise à mieux comprendre les enjeux politiques, diplomatiques et éducatifs de ce voyage transatlantique ; elle vise aussi à identifier le rôle de Ferrière dans la circulation des idées éducatives entre les deux continents, en s’intéressant d’une part, aux institutions qui le mandatent en Europe et d’autre part, aux pays du sous-continent qui l’accueillent, dans le contexte particulier de l’entre-deux-guerres.

Béatrice Haenggeli-Jenni est docteure en Sciences de l’Education et chargée d’enseignement à l’Université de Genève. Elle a mené des recherches sur l’histoire de l’Education nouvelle dans ses dimensions internationales, à travers l’étude de supports éditoriaux, des réseaux internationaux et des acteurs – les femmes en particulier – impliqués dans cette histoire. Ancienne collaboratrice scientifique aux Archives Institut J.J. Rousseau et membre de l’Equipe de Recherche en Histoire Sociale de l’Education, elle est actuellement coordinatrice pédagogique au Service de Formation et Développement de la Direction Générale de l’Enseignement Obligatoire à Genève.

Séance 3
Vendredi 15 février 2019

16h-19h Salle Peiresc
« Théorie de la dépendance » – Atelier éditorialisation des articles

Flores Giorgini
(Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IHEAL)
Cyrille Suire
(Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Modération : Olivier Compagnon

Résumés des présentations

Flores Giorgini (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IHEAL)

« Théorie de la dépendance »: Circulations d’une conception des relations internationales et du développement.


La « Théorie de la dépendance » est considérée comme l’une des principales contributions de la pensée latino-américaine à la réflexion en sciences sociales et, plus spécifiquement, aux études sur le développement. En effet, si aujourd’hui cette perspective historique sur le processus de développement des pays sous-développés – ou le « développement du sous-développement
» pour reprendre une formule d’Andre Gunder Frank devenue célèbre – semble être aujourd’hui tombée en désuétude, elle a été très influente à l’époque de sa
formulation dans les années 1960-1970. Dans un contexte caractérisé par les guerres d’autodétermination afro-asiatiques et l’apparition de l’idée de « Tiers-monde », cette nouvelle perspective sur les relations entre le « centre » et la « périphérie » du système économique mondial connut une circulation internationale remarquable. Mon objectif est de donner un premier aperçu de ces circulations au sein de l’espace atlantique.

Après une licence en sciences politiques et des relations internationales à l’Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan, et un mémoire de Master soutenu à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, Flores Giorgini est à présent doctorant contractuel à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en tant que membre du CREDA – UMR7227. Son actuel projet de recherche propose d’étudier les conséquences que la décolonisation afroasiatique a pu avoir sur la manière dont les intellectuels brésiliens ont construit leur réflexion autour de l’identité internationale du Brésil.

Cyrille Suire (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Atelier éditorialisation des articles, du texte de l’auteur vers la plateforme numérique.


Le processus d’éditorialisation des articles du projet Transatlantic Cultures a été largement revu ces dernières semaines à la faveur du développement de la plateforme numérique et la collecte d’une première vague de textes. Ce processus, qui requiert différents niveaux de
validation et l’intégration de nombreuses données et métadonnées, apparaît en effet comme un des enjeux majeurs du travail mené actuellement. Nous présenterons lors de cette séance les problématiques soulevées par la chaîne éditoriale et les premiers outils mis en place pour y répondre.

Cyrille Suire est docteur en Informatique, chercheur associé au Laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i, Université de La Rochelle) et actuellement post-doctorant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses travaux portent d’une manière générale sur l’impact des technologies du numérique sur la recherche scientifique. Spécialiste des bibliothèques numériques et de leurs usages, il étudie plus précisément les biais potentiels des technologies de recherche d’information et d’exploitation des contenus numériques sur l’activité des utilisateurs.


Séance 4
Vendredi 15 mars 2019

17h-20h Salle W. Benjamin
Guerres
Olivier Compagnon (IHEAL) et Stéphane Michonneau (Université de Lille)

Séance 5
Vendredi 12 avril 2019

16h-19h Salle Mariette
Danses et Carnavals
Elina Djebbari (IHEAL) et Amanda B. Carlson (University of Hartford)

Séance 6
Vendredi 24 mai 2019

16h-19h Salle Peiresc
Musique
Laetitia Corbière et Chloé Huvet (Université de Perpignan)

Informations complémentaires :

Dernière mise à jour de cette page : 8 février 2019


Ce séminaire est organisé avec le soutien de






Informations pratiques

Du 14 décembre 2018 au 24 mai 2019
Institut National d’Histoire de l’Art (INHA)
2 rue Vivienne
75002 Paris
 

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

http://www.uvsq.fr