Accès direct au contenu

Dans :

Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Imprimer la page
impression pdf

CHCSC > Actualités > Les publications

Classe Operária e Literatura

Ensaio sobre as representaçoes e os fenómenos de aculturação
Diana Cooper-Richet
Editora Fap-Unifesp
ISBN : 978-85-61673-52-9
200 pages
40 réals

Classe Operaria.JPG
Au XIX° siècle, dans le sillage de la Révolution Industrielle naît un nouvel acteur social, le prolétariat, définit par Karl Marx, comme la classe dont le devoir consiste à s’emparer du pouvoir mis en place par la société bourgeoise.

Les travailleurs, protagonistes d’importantes luttes politiques et sociales, ont rarement fréquentés les pages des romans, des poèmes et des pièces de théâtre, sauf comme personnages secondaires. Leur véritable entrée en littérature fut lente et progressive, comme fut la naissance d’une « écriture ouvrière ». La plupart des travailleurs qui décidèrent de faire entendre leur voix se firent les sujets de leur propre narration.

Classe ouvrière et littérature présente et analyse les différents aspects de ce processus, se penche sur les représentations des pauvres, avant et après la publication de Germinal d’Emile Zola, œuvre de référence de la littérature minière. Publié en 1885, Germinal constitue une révolution dans la manière dont la classe ouvrière est représentée dans la littérature française. Grâce à ce roman la figure de l’ouvrier est légitimée et ses difficiles conditions de vie et de travail peuvent s’exposer, désormais, au centre de la trame romanesque. Cet épisode des Rougon-Macquart confère, ainsi, une dignité inédite aux ouvriers, établissant un paradigme qui conduit nombre de mineurs de fond à prendre la plume pour dire leur vie et celles de leurs camarades.

Diana Cooper-Richet se penche sur cette littérature dont la dimension politique est indéniable. La plupart de ces auteurs ont pris part aux luttes sociales de leur époque. Leur écriture est marquée par la dénonciation de leurs conditions de travail et des accidents qui rythment leur vie à la mine. Le désespoir et la révolte de ces travailleurs imprègnent fortement leurs textes, toujours autobiographiques, dont l’esthétique tout comme le contenu cantonnent ces écrits aux marges de la littérature canonique de leur temps.

Sommaire [PDF - 57 Ko]

Informations complémentaires :

Diana Cooper-Richet est chercheur associé au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint-Quentin et travaille sur les transferts ­culturels et la circulation transnationale des idées au XIXe siècle, ainsi que sur l’édition de livres et de journaux en langues étrangères.

Contact éditeur
: editora.divulgacao@fapunifesp.edu.br
www.editorafapunifesp.com.br

Dernière mise à jour de cette page : 1 juillet 2013


http://www.uvsq.fr