Accès direct au contenu

Dans :

Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Imprimer la page
impression pdf

CHCSC > Actualités > appels à communications

Appel à propositions : « Le Pacifique à l’heure du ‘siècle asiatique’ »

Appel à propositions concernant « Le Pacifique à l’heure du ‘siècle asiatique’ », numéro de la revue Outre-Terre, juin 2019.

image Pacifique au siècle asiatique.png

Présentation


Si la projection du concept de « siècle asiatique » sur les décennies à venir du XXIe siècle n’est pas nouvelle, l’engagement des puissances asiatiques émergentes dans les relations diplomatiques, commerciales, voire militaires qui parcourent et structurent l’océan Pacifique s’accentue nettement depuis l’an 2000. De zone essentiellement acquise aux puissances occidentales durant la Guerre froide, le Pacifique est devenu un espace stratégique contesté.

Ce numéro vise à explorer les manières dont les États d’Océanie, mais aussi ceux du pourtour du Pacifique, se positionnent par rapport aux mutations économiques et géopolitiques centrées sur l’Asie. Par ‘États d’Océanie’, nous entendons l’Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Zélande et les petits États insulaires du Pacifique-sud (zones géoculturelles polynésienne et mélanésienne) et du Pacifique-équatorial (aire micronésienne). Les États occidentaux possédant des territoires d’outre-mer dans la région, notamment la France et les États-Unis d’Amérique, sont inclus via la souveraineté qu’ils exercent sur ces territoires, ainsi que leurs attaches avec d’anciens territoires océaniens. (Par exemple, la relation de dépendance des États fédérés de Micronésie envers les États-Unis d’Amérique, ancienne puissance de tutelle.) Les ‘États du pourtour du Pacifique’ sont ceux qui, se trouvant en bordure de cet océan, y possèdent des intérêts particuliers.

Les thématiques à aborder incluent évidemment la présence croissante de la Chine dans les pays d’Océanie, et les manières dont ceux-ci y répondent au regard de leurs propres intérêts.

La présence diplomatique chinoise : la volonté de Pékin d’‘acheter’ le soutien diplomatique de petits États insulaires dans le cadre de contentieux internationaux tels celui de la Mer de Chine méridionale ; la « diplomatie du portefeuille » par laquelle la Chine continentale et Taïwan ont rivalisé dans le but d’obtenir une reconnaissance diplomatique de (très) petits États… Si ces derniers pèsent peu sur la scène internationale, leurs gouvernements ont-ils su mener une politique étrangère (ré)active et tirer profit des besoins et des désaccords entre puissances étrangères ?

La présence commerciale de la Chine, devenue un partenaire incontournable tant pour l’économie australienne que pour le développement de petits États auxquels Pékin verse des aides. La relation de dépendance que peuvent provoquer ces aides et ces échanges commerciaux, et les controverses qui en émergent. Les enjeux relatifs au Pacifique comme branche annexe de la « nouvelle Route de la Soie » : les intérêts et les risques que peuvent y trouver respectivement la Chine et ses partenaires océaniens.

La question, enfin, des relations militaires encore embryonnaires qu’entretient la Chine avec les États océaniens dotés de leurs propres forces armées, et les perspectives d’avenir à ce sujet. Dans tous ces domaines –diplomatique, commercial et militaire– se pose la question non seulement du positionnement des gouvernements des petits États insulaires, mais aussi bien sûr des réponses parfois hésitantes ou contradictoires qu’apportent les États-Unis, l’Australie et plus généralement le monde occidental à l’expansion dans le Pacifique de l’influence chinoise. Dans quelle mesure le Pacifique est-il devenu une zone à enjeux stratégiques pour les puissances rivales de sa bordure (Chine, États-Unis), voire pour la France qui y défend des intérêts spécifiques ? Comment l’Australie et la Nouvelle-Zélande envisagent-elles de concilier d’une part l’opportunité commerciale incontournable que leur offre la Chine, et de l’autre leur dépendance envers les États-Unis, rivales de Pékin, en matière de sécurité ?

Au-delà des enjeux relatifs à la présence chinoise, ce numéro souhaite également aborder :

* La perception de l’Asie de manière plus générale (Japon, Corée du Sud, Inde, Indonésie…) comme une terre d’opportunité commerciale pour l’avenir de la croissance économique de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, et pour le développement économique et humain des pays des îles du Pacifique. De la politique « Look North » menée par les Fidji, à la volonté de la Papouasie-Nouvelle-Guinée d’intégrer à terme l’ASEAN, les marchés émergents d’Asie intéressent les pays océaniens en développement, d’autant que ces partenariats asiatiques leur permettent de réduire (un peu) leur dépendance stratégique envers les puissances occidentales.

* Le rôle de l’Inde dans la région à l’heure du gouvernement Modi, qui a organisé des sommets avec les dirigeants de petits États océaniens. L’intérêt que peut avoir le Pacifique aux yeux des autorités indiennes, d’un point de vue commercial mais aussi diplomatique ou géostratégique, et l’intérêt que présente l’Inde en retour pour les gouvernements et les entreprises de nations océaniennes cherchant à diversifier le champ de leurs partenariats économiques ;

* L’intérêt actif que porte l’Indonésie à devenir partenaire du développement des États pauvres mélanésiens (Papouasie-Nouvelle-Guinée, Salomon, Vanuatu, Fidji), avec pour objectif de miner la solidarité pan-mélanésienne envers les revendications des autochtones de Papouasie occidentale, territoire sous souveraineté indonésienne.

En bref, ce numéro d’Outre-Terre sera l’occasion d’explorer, via une diversité de pistes et d’approches (les suggestions ci-dessus n’étant pas exhaustives), les rapports qu’entretiennent les États de la région Pacifique et de sa bordure, dans le contexte de l’émergence des puissances asiatiques, et de l’intérêt croissant porté à l’Asie par les nations océaniennes.

Les propositions d’articles (intitulé + problématique détaillée et argumentée) sont à faire parvenir pour le 21 février au plus tard à Adrien Rodd : adrien.rodd@uvsq.fr. Une fois les propositions acceptées, les articles seront attendus pour mi-avril. La publication d’un numéro dédié dans la revue Outre-Terre (https://www.cairn.info/revue-outre-terre.htm) est prévue pour juin.

Dernière mise à jour de cette page : 29 janvier 2019


Informations pratiques

Les propositions d’articles (intitulé + problématique détaillée et argumentée) sont à faire parvenir pour le 21 février au plus tard à Adrien Rodd : adrien.rodd@uvsq.fr.
 
 

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

http://www.uvsq.fr